Comment arrêter d'être bordélique
Epanouissement

Je suis bordélique … ça se soigne ?

Certaines personnes ont l’habitude de vivre dans un bazar et un chaos permanents. Lorsque vous pénétrez dans leur maison, vous avez l’impression d’être dans un capharnaüm et vous vous sentez immédiatement oppressé. En terme d’accumulation d’objets, il y a différentes catégories d’individus. A l’extrême, nous avons les individus souffrant du syndrome de Diogène. Ces personnes souffrent d’un véritable trouble du comportement. Elles ne peuvent s’empêcher de collectionner tout et n’importe quoi et sont incapables de jeter quoi que ce soit. Elles finissent par avoir tellement de fouillis qu’elles ne parviennent même plus à circuler dans leur propre maison. Certaines croulent littéralement sous des montagnes d’objets et il existe même des gens qui meurent étouffés par leurs possessions, au sens propre.

J’ai une amie qui est ce qu’on appelle une personne bordélique et qui s’assume en tant que telle. Je crois que son bazar la rassure, comme une présence affectueuse sur laquelle elle peut toujours compter. Un peu comme un vieil ami que l’on connait par coeur et dont on sait qu’il sera toujours loyal et fidèle. Cette amie était aussi une collègue à une époque et son bureau était toujours caché sous un amoncellement de dossiers. Le rangement et l’organisation l’effrayaient au plus au point. Je me souviens qu’un jour, elle s’était lancé un défi et avait rangé son bureau pour la première fois depuis longtemps. Elle était à la fois hyper fière d’elle et en même temps complètement angoissée par cet espace vierge, dépourvu d’objets. Elle avait ensuite très rapidement retrouvé tous ses dossiers adorés 😉

Pourquoi êtes-vous bordélique ?

La plupart des gens bordéliques ne choisissent pas réellement de l’être. Ils le sont un peu par défaut. Leur bordel est un peu comme leur doudou. Il les rassure et les protège – de manière illusoire – d’angoisses profondes et souvent infantiles. La plupart de ces personnes n’arrivent pas à jeter car elles s’accrochent aux objets. Comme si les objets étaient des personnes proches, des amis sincères, qui sont de bonne compagnie. Finalement le fouillis comble le vide, satisfait le manque, réchauffe le coeur, console la solitude. Ne pas se séparer des objets, c’est aussi une façon de ne pas couper le cordon avec le passé. Les objets nous rappellent des souvenirs, plus ou moins bons. Le passé est rassurant car il est connu, prévisible, confortable et familier. Il ne peut pas nous décevoir et ne nous oblige pas à grandir et à devenir adulte. Vivre dans le passé est une façon de fuir un avenir angoissant, imprévisible et risqué.

On dit souvent que notre foyer est le reflet de ce qu’il se passe dans notre tête. Vivre dans un bordel chronique peut-être synonyme de chaos interne et refléter le sentiment d’être perdu, sans trop savoir où l’on est ni où l’on veut aller. Le culte de l’accumulation d’objets peut aussi être un héritage familial. Dans certaines familles, « jeter c’est gaspiller ». Si vous avez entendu vos parents répéter cette phrase pendant toute votre jeunesse, vous l’avez peut être intériorisée et appliquée une fois adulte sans vous rendre compte de l’origine de cette croyance. Au sein des familles, les croyances se transmettent aussi facilement que les poux à l’école. A l’inverse, si vos parents étaient maniaques, vous avez peut être le désir de vous affirmer en vous rebellant et en faisant tout le contraire de ce qu’ils voulaient.

Comment sortir du chaos ?

Commencez par vous demander si vous avez réellement envie de ranger. Il est nécessaire que le désir vienne de vous et pas de votre entourage. Quand on fait les choses pour faire plaisir aux autres, la motivation ne reste jamais bien longtemps. C’est comme arrêter de fumer ou faire un régime, si vous le faites pour les autres, vous craquerez très vite car votre motivation sera faible. Alors que si vous trouvez une raison qui vous tient vraiment à coeur, à laquelle vous donnez un sens profond, le rangement se fera bien plus aisément et tiendra sur la durée car vous serez très motivé par votre objectif. Interrogez-vous sur la ou les raisons pour lesquelles vous voulez ranger. Ce peut être pour accueillir vos amis ou votre famille dans un espace agréable, vous sentir plus libre de vos mouvements ou encore profiter davantage de l’espace que vous offre votre maison. Ranger pourrait même devenir un plaisir 🙂

Parfois, la motivation ne suffit pas et il est nécessaire d’identifier les causes plus profondes du désordre pour pouvoir en sortir. Il faut alors faire du tri dans son passé, identifier les émotions associées à certains évènements, explorer les traumatismes s’il y’en a afin de digérer le passé et repartir sur de bonnes bases pour vivre le présent et l’avenir. Ce travail d’introspection peut être fait avec l’aide d’un thérapeute si nécessaire.

Et vous, vous vous considérez comme bordélique ?

Photo by Ryan McGuire

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

9 Partages
Partagez7
Tweetez2
Email

Vous voulez vous simplifier la vie ? Recevez notre guide gratuit

x